29042018-dsc3375
site2-3
site3-3
site1-3
site3-3
site2-3
site1-3
aaa
logosimplifier100blanc-rvb

facebook
instagram

facebook
instagram

facebook
instagram
logoblanc
logoblanc

De Ljungdalen à Namsos

15-04-2017 16:10

AG

Voyage inachevé 2017,

De Ljungdalen à Namsos

Une route redevenue asphaltée, offrant d’innombrables coups d'œil sur la chaîne suédo-norvégienne enneigée. Östersund, la ville qui nous confirme...

Suède - Norvège

Patrick nous accueille chez lui et nous passons trois jours formidables en sa compagnie et en celle de Catarina et Eric, un couple montreusien. Les seuls muscles qui travaillent intensément durant ce séjour sont les zygomatiques et les abdos. Nous voilà emplis d'une belle énergie pour reprendre la route. Le seuil de la porte une fois franchi, nous sommes projetés dans une réalité déstabilisante. Patrick était notre dernière marque dans notre « agenda ». Dès lors, plus de rendez-vous planifié, plus de rencontre prévue, plus de lieu de passage indiqué. Juste l'infini, juste l'inconnu. Le temps et l'espace n'ont plus de repère et deviennent impalpables. Cette absence de cadre est vertigineuse. Et c'est à deux que nous nous élançons.

 

Trois jours de route nous mènent à Östersund. Une route redevenue asphaltée, offrant d’innombrables coups d'œil sur la chaîne suédo-norvégienne enneigée et sur les lacs encore gelés. Östersund, la ville qui nous confirme que oui, définitivement, tout peut arriver. Et surtout l'imprévu. (voir texte « La raison du voyage ») Une journée de route supplémentaire et l'imprévu se matérialise en la personne de Jonas. Alors que nous pensions camper sur une aire de repos, ce maréchal-ferrant nous invite à loger dans l'une des stuga qui composent son domaine. Des petites maisonnettes que lui et sa compagne Gwendolen louent d'ordinaire à des passionnés de pêche  et qu'ils nous mettent à disposition généreusement. Nous découvrons un véritable coin de paradis. Au petit matin, après une nuit confortable et tempérée, Olivier plaisante : « T’imagines, on est bien au chaud et si ça se trouve, dehors c'est l'hiver ! » Il ouvre la porte pour juger de la météo ; l'étonnement se fige sur son visage. Il neige réellement à gros flocons ; dehors tout est devenu blanc ! C’est décidé, on reste planqués dans nos lits. Jonas vient justement s'enquérir de nos projets. Lorsque je lui dis que nous pensons profiter de son offre de rester tant qu'il nous plaira, il me répond : « Oh yes ! I love it !!! » avec un splendide sourire. Difficile de se sentir plus les bienvenus. Le couple est aux petits soins avec nous. Nous nous retrouvons, Olivier et moi, fraîchement pomponnés, assis l'un en face de l'autre à une table qui a été soigneusement dressée à notre intention, à boire du « vrai » café et manger une part de gâteau, en attendant que la machine finisse de laver notre linge. Comment aurions-nous pu imaginer nous retrouver acteurs d'une telle scène ? 

2017suede24-1622815999.TIF

Une rencontre, c'est aussi des adieux; ou plutôt des aurevoirs...

Une rencontre, c'est aussi des adieux ; ou plutôt des au revoir, aimé-je à penser. Et ce n'est jamais sans peine. Mais nous voilà à nouveau forts d'une magnifique expérience, carburant oh combien précieux.

 

Nous quittons le grand axe menant à Åre, station de ski importante de Suède, pour une petite route tranquille longeant le lac de Kallsjön. Si nous avions cru trouver un semblant d'air printanier dans la région de Östersund, les jours suivants nous remettent à l'ordre. Douceur, végétation florissante, renaissance ; une définition bien suisse de cette saison qui ne sied nullement à ces latitudes. Vent polaire, chutes de neige, grêle, soleil : une panoplie météorologique servie en boucle avec un changement de phase toutes les dix minutes. Le ciel ne s'est jamais montré aussi indécis.

 

A Kallsedet, l'un des derniers « villages » de Suède, notre rayon de soleil est un couple hollandais, tenancier du camping et magasin. Alors que je leur demande de l’eau chaude pour mon thermos, ils nous offrent en sus un paquet de biscuits traditionnels de leur pays. En me voyant arriver, la femme me dit : « Nous savions que vous alliez passer. Des gens en voiture vous ont croisés hier sur la route. Ici, tout se sait ». Ce sont ces moments, ces gestes généreux qui n'ont d’autre but que de faire plaisir, qu'il faut faire revivre en esprit lorsque la réalité devient difficile, lorsqu'on ne trouve pas de place pour mettre la tente, lorsque nous devons affronter une tempête de neige cinglante fouettant nos visages. C’est dans cette ambiance mi-soleil mi-tempête que nous entrons en Norvège. 

2017norvege158-1622816314.TIF

Article précédent         Retour au blog         Article suivant   

leblog-1626262730.jpg
logo-full2
partenaire principaux.jpeg
Create Website with flazio.com | Free and Easy Website Builder