29042018-dsc3375
site2-3
site3-3
site1-3
site3-3
site2-3
site1-3
aaa
logosimplifier100blanc-rvb

facebook
instagram

facebook
instagram

facebook
instagram
logoblanc
logoblanc

L´île aux oiseaux

26-04-2017 14:03

OF

Voyage inachevé 2017,

L´île aux oiseaux

Il y a des perles que l'on sertit d’or ou d'argent, Lovund en est une que la Nature a serti d'un océan...

Norvège

Il y a des perles que l'on sertit  d’or ou d'argent, Lovund en est une que la Nature a serti d'un océan ; et nul joyau n'est nécessaire pour la faire étinceler. Ce sont les macareux moines qui nous ont «imposé» ce détour. Petits volatiles marins, se situant entre le manchot et le perroquet, ils vivent par milliers sur ce gros rocher de quelques kilomètres carrés. Ils sont arrivés quelques jours avant nous et on a bien cru les avoir devancés. Nichant sous de gros rochers - pierrier formé par un pic de 624 mètres - ils n’en sortent que pour aller pêcher. C'est donc une falaise dormante que nous avons trouvée à notre arrivée sur l’île. La monotonie du roc n’étant rompue que par le rare passage de mouettes, rapidement nos regards se sont  tournés vers les flots parsemés d’îles et d'îlots. Devant nous l’archipel de Træna et l’île de Nesøya, des pitons rocheux traversés par cette ligne invisible qu'est le cercle polaire. Il est plus de dix-huit heures et le soleil est encore haut. Lovund est un spectacle, mais son clou en est absent... Une centaine de points noirs se dessinent dans le ciel. Puis des milliers. Des vagues de petits clowns volant, noirs sur le dos et blancs sur le ventre, envahissent le ciel. Au gré de leur danse, ils scintillent changeant de couleur comme une gigantesque partie d'Otelo. Ils sont là, ils sont tous là ! Des heures durant, ils virevolteront entre la mer et les pierres, nourrissant leur progéniture au passage. La plus grande colonie au monde de macareux n'a pas toujours pu s'ébattre aussi sereinement. Avant 1905, ils étaient traqués à même leur nid pour leur chair et surtout pour leur duvet spécialement chaud. Espèce protégée depuis le début du siècle dernier, ils ont tout de même été chassés durant la deuxième guerre mondiale. Aujourd’hui la colonie s’agrandit au grand damne des poissons du coin.

Lorsque l'on s'élève en arpentant les pentes de l'île, c'est sur les terres de l'aigle marin que l'on pénètre.

2017norvege208-1623154756.TIF

Lorsque l'on s'élève en arpentant les pentes de l’île, c'est sur les terres de l’aigle marin que l'on pénètre. Dix adultes planent de l’aurore jusqu’au crépuscule flirtant avec les nuages et les embruns de l’océan. Leur plumage siffle dans le vent. Les mâles tournoient, paradent auprès des femelles. Tantôt haut dans le ciel tantôt au-dessus de nos têtes. En privilégiés, nous les partageons avec le sommet et ses dernières neiges. Oies sauvages, canards eider, mouettes, goélands, cormorans, échassiers de toutes tailles, passereaux en tous genres… l’île en abrite des milliers, des dizaines de milliers. Lovund, un paradis à plumes, un gazouillis dans les eaux froides de l’Atlantique.

Article précédent         Retour au blog         Article suivant   

leblog-1626262640.jpg
logo-full2
partenaire principaux.jpeg
Create Website with flazio.com | Free and Easy Website Builder