29042018-dsc3375
site2-3
site3-3
site1-3
site3-3
site2-3
site1-3
aaa
logosimplifier100blanc-rvb

facebook
instagram

facebook
instagram

facebook
instagram
logoblanc
logoblanc

Le baptême

27-10-2021 16:14

OF

Cap Kayak,

Le baptême

Après la naissance, le baptême. Tout a commencé en Bretagne à Bains-sur-Oust plus exactement. « Eir Aurora » le kayak d’Aline et...

img0586-1635343885.JPG

Après la naissance, le baptême. Tout a commencé en Bretagne à Bains-sur-Oust plus exactement. « Eir Aurora » le kayak d’Aline et « Le crapaud fou » un magnifique bi-places, tous deux construits et offerts par le chantier naval Plasmor, nous attendent sur leurs tréteaux. Blancs immaculés, dans un atelier qui n’en n’est pas à son premier bateau, ils sont là devant nous. Avec une simplicité déconcertante, Thomas, le patron du chantier, nous cède ses œuvres en nous glissant au passage que notre projet lui plaît et que cela lui fait plaisir de nous aider dans notre aventure. Des contreparties ? « Faut voir avec ma femme, nous répond-il, c’est elle qui est au bureau… Des photos de votre expédition me ferait plaisir, ça oui ! »

 

Nous voilà donc là, à Vevey, devant nos montures marines. Longs de 5 et 6 mètres, ils en seraient presque intimidants. J’y vois une certaine fragilité, bien loin de mon carde acier d’antan, mais je sais que c’est mon ignorance qui me pousse à cette croyance. Demain nous serons sur la mer et cette apparente fragilité sera le rempart qui nous séparera des fonds marins. Si nos kayaks sont prêts à l’emploi, il nous reste tout de même quelques réglages personnels à effectuer. Munis de gouvernail, il nous faut définir l’emplacement des cales-pieds et y relier les cordelettes qui actionneront ce dernier. Le réglage demande de la finesse et c’est de manière empirique que nous arrivons à un résultat satisfaisant. Nos bateaux, des Bélougas Pélikans, sont des kayaks de mer conçus pour des expéditions au long cours. Plus larges qu’un kayak « sportif », ils offrent une meilleure stabilité et une capacité de portage accrue (320 kg pour Le crapaud fou). Si c’est sans nul doute un avantage pour notre voyage, cela va par contre nous obliger à ajouter des cales en mousse à l’intérieur de la coque pour que, via nos genoux, nous puissions faire corps avec elle. L’avantage ? Premièrement, permettre à nos jambes d’être positionnées de manière plus ergonomique, mais pas seulement. La stabilité de l’embarcation sera augmentée par le fait que les mouvements du haut de notre corps se répercuteront sur l’ensemble de l’embarcation ; de plus, la poussée sera amplifiée par l’intégration des muscles du bas du corps dans le mouvement de pagayage.

img0569-1635344036.JPG

9h30, nous voilà à même l’eau non pas bénite mais sacrée pour les habitants de la Riviera : le Léman. Les conditions sont idéales. Le lac est plat et le soleil automnal brise la fraîcheur matinale. Equipés de pagaies groenlandaises offertes par l’entreprise estonienne East Pole Paddles, nous donnons nos premiers coups de rames. La première impression est positive. Je suis surpris par l’incroyable stabilité qu’offrent nos coques. Bien qu’encore haut sur l’eau, navigant sans bagage, il me semble impossible d’imaginer que ces kayaks puissent se retourner un jour. Mais qu’en sera-t-il ? La glisse est également bonne, tout comme la maniabilité apportée par nos gouvernails. Aujourd’hui, nous ne passerons que quarante minutes sur l’eau, mais déjà une to do liste est mentalement rédigée. Il faudra aussi se pencher sur la question de la fixation de notre panneau solaire… mais une chose à la fois et profitons de cet incroyable moment. Nous avons nos kayaks et ils nous ont été offerts. Une somme de travail considérable nous a amenés là et cette question récurente qui résonne en moi. Est-ce que l’on en fait trop ou pas assez ? 

 

Envie d’en savoir plus sur nos kayaks et pagaies : plasmor.fr// eastpolepaddles.com

img-20211002-wa0014-1635344061.jpg
leblog-1635345236.jpg
logo-full2
partenaire principaux.jpeg
Create Website with flazio.com | Free and Easy Website Builder